Comment former des leaders qui ouvrent les possibles ? Leçons de leadership et d’architecture

experience-as-a-teacherCe qui caractérise la plupart des approches pédagogiques, c’est qu’elles ne sont pas réflexives : elles ne s’appliquent pas à elles-mêmes les principes qu’elles enseignent !

Prenons un exemple concret : une session de formation/développement consacrée à l’innovation devrait adopter une forme innovante ! Sinon, ce n’est plus un cours d’innovation, c’est une session sur l’innovation : la thématique devient un simple objet d’étude et d’analyse. Les participants sauront tout des concepts de base, des différentes méthodes, mais… il n’y aura pas de transfert de savoir en action.

Et il est donc à parier qu’il y aura peu de changements de posture, d’acquisition de nouvelles compétences effectives, que les participants pourraient ensuite actionner, mettre en oeuvre.

Pour illustrer ce propos , voici – merci à toi, Laure ! – les trois premiers jours d’enseignement à l’école d’architecture de Grenoble, consacrés  à la question « comment ouvrir les possibles en architecture ? ».

Appliquée au management, la question à traiter devient double : « comment former des leaders qui ouvrent les possibles ? ».  Et vous, comment allez-vous répondre à cette question ?  

 

Publicités

Droit à l’erreur, à l’échec (suite) : et vous, comment vous traitez VOUS ?

Le droit à l’erreur – me dites-vous souvent –  n’existe pas dans votre entreprise…

3-_foto_droit_erreur

Et vous, comment vous traitez vous, comment réagissez-vous quand vous commettez une erreur, quand vous échouez sur un projet ?

Etes-vous impitoyable et vous reprochez-vous durement vos échecs ? 

Ou êtes-vous plus attentif aux efforts que vous avez déployés ?

Aux leçons que vous pouvez retirer de cet échec ?  A ce qui peut être amélioré ?

Car c’est bien là que tout commence : avec soi-même.

catchinguptoyourself

La  manière dont vous, dirigeant,  allez réagir aux échecs des uns et des autres va autoriser ou non la voie de l’expérimentation, de l’innovation. C’est bien vous – et  nul autre –  qui êtes le maitre du jeu, inspirant ou desséchant vos équipes…

Et votre attitude managériale dépend de la manière dont vous vivez l’échec et l’erreur, à titre personnel, en vous même.

Alors, êtes-vous prêt à travailler sur vos modèles de fonctionnement intérieurs ?

Droit à l’erreur, à l’échec… qu’est ce que VOUS autorisez ?

Lorsque l’on parle d’innovation dans une entreprise, on arrive toujours à un moment donné à la question du droit à l’erreur.

Et, c’est toujours la même réponse qui revient : ici, chez nous, on n’a pas vraiment le droit d’échouer, de se tromper…

Mais comment cela se passe AVEC vous ? Dans  votre périmètre de management ? Quelle est votre posture de leader par rapport à cette question ?

Là où vous dirigez, vous définissez le cadre et les règles du jeu…

Avec vos équipes, avec les gens qui dépendent de vous…

Comment réagissez-vous à leurs erreurs,  à leurs échecs ?

Qu’avez-vous fait de ces matériaux ?

Ont-ils été analysés, travaillés afin éventuellement de pouvoir devenir des apprentissages, des learning opportunities, pour l’ensemble des acteurs ?

Se tromper

Innover, expérimenter, essayer, c’est toujours aussi échouer, se tromper pour… recommencer.

La vraie question pour l’entreprise est :  Qu’est ce que vous, en tant que manager, leader, à votre niveau, vous autorisez ?

Kill The Company: End the Status Quo, Start an Innovation Revolution!

5 Disruptive Questions For Instant Innovation to shake up the status quo.

Businessman and questions

1. If you could only work on one project for a year to transform the business, what would it be and why?

2. What is the shortest path to the customer? How could we get there in 6 months?

3. What can we offer for free that no one else does?

4. How can our services be turned into physical products? How can our products be turned into a service?

5. If we could hire five more people, what unconventional skills would they have and why?

From Lisa Bodell, Kill The Company: End the Status Quo, Start an Innovation Revolution, Bibliomotion, Incorporated, 2012

Olivier Basso

Les communautés d’innovation participative vont-elles détruire les Grandes Entreprises ?

Sac Karkoa techno

Le sac de sport, SmartBag 40, vient de sortir. Est-ce un géant de l’équipement sportif comme Nike ou Adidas qui l’a développé ? Est-il le dernier produit innovant d’une start-up bourrée de talents  qui démontre ainsi la puissance créatrice de ses brevets ?

Que nenni ! L’acteur est multiple : plus de 400 personnes ont participé à la conception de ce sac de sport et ont apporté chacune leur contribution à la création (compartiments, design, choix des couleurs … ).

C’est  la plateforme française d’innovation participative Nov’in qui a permis cette consolidation des talents, qui seront récompensés par une participation aux bénéfices.

Ces plate-formes (à l’image de Quirky…) – si elles parviennent à résoudre leur problème de gouvernance –  sont capables de puiser dans les ressources créatrices de chacun d’entre nous en rémunérant cet apport.

Mon intuition : les chaînes de valeur des secteurs traditionnels, déjà ébranlées par les nouveaux entrants (FinTechs, Airbnb, Uber…), vont devoir  encore évoluer :

Après le sac sportif, et d’autres objets grand public, à quand le tour des produits bancaires, des contrats d’assurance… conçus et co-créés par leurs propres utilisateurs et clients ?

Olivier Basso